JOP 2024 : les chantiers dans les temps

Après 2021, année du lancement des chantiers des ouvrages olympiques, 2022 doit être celle de leur montée en puissance.

38 ouvrages pilotés par la Solideo sont en travaux aujourd’hui et 58 le seront fin 2022. Les personnes impliquées dans ces chantiers passeront en parallèle de 3 500 à 8 000 à l’automne prochain. Le gros œuvre du Village olympique va laisser place au second œuvre. 35 grues et deux centrales à béton sont en place sur ce site, où 1 400 ouvriers travaillent, avec 500 poids lourds les approvisionnant chaque jour. Fin 2022, le tablier du pont qui relie L’Ile-Saint-Denis à Saint-Ouen et Saint-Denis arrivera par barge.

Deux autres ponts vont entrer en chantier prochainement : celui qui va relier le Stade de France et le Centre aquatique olympique – qui a achevé sa dépollution avec 15 jours d’avance et dont la charpente en bois va commencer à s’élever dans quelques mois – et celui qui va enjamber l’autoroute A1 au niveau du Cluster des médias au Bourget. Concernant le Terrain des essences, les travaux de dépollution menés par le conseil départemental de Seine-Saint-Denis suivent leur cours selon le calendrier.

Cette année doit par ailleurs être livrée la résidence universitaire à côté de l’Institut supérieur de mécanique de Paris (Supméca) et RTE doit achever le tunnel qui permettra d’enfouir les lignes à haute tension.

Tension sur les matériaux

Nicolas Ferrand, le directeur général de la Solideo a, lors d’un point sur l’avancement des travaux le 25 janvier, fait part de sa satisfaction : « Nous sommes dans les temps, dans l’enveloppe financière, a-t-il affirmé, mais il ne faut pas se reposer sur nos lauriers. » L’approvisionnement en matériaux constitue par exemple « une très grosse préoccupation », a-t-il rapporté. Une enquête, qui doit aboutir courant février, est en cours auprès des maîtres d’ouvrage concernés afin de connaître leur niveau d’anticipation à ce sujet.

S’agissant des prix, « les constructeurs absorbent la hausse sur le bois et il n’y a pas de répercussion sur l’acier », a détaillé Nicolas Ferrand. Il y a toutefois actuellement une « évolution très forte de certains postes » et un « dépassement des indices au-delà de 5 % », soit davantage que les prévisions maximum. Aucun problème de main d’œuvre n’est en revanche remonté des entreprises impliquées.

A ce stade, 291,8 millions d’euros de marchés ont été passés dans le cadre de ces opérations auprès de 1 023 TPE, PME et 45 structures de l’ESS, réparties dans 71 départements français. 801 bénéficiaires d’heures d’insertion ont été recensés pour un total de 447 460 h réalisées.

Charte sécurité

A noter par ailleurs que la Solideo a associé les dix maîtres d’ouvrage du Village olympiques, les spécialistes de la prévention, les services de l’Etat concernés, la Caisse régionale d’assurance maladie d’Ile-de-France et l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) pour développer une charte hygiène-sécurité-environnement (HSE), composée de grands engagements et actions visant à améliorer la sécurité des compagnons sur le chantier. Déjà appliquée sur le Village des athlètes, ce document “est actuellement développé sur le Cluster des médias avec des premières actions mises en place à partir du printemps”, signale l’institution.

%d blogueurs aiment cette page :